Sodium et mortalité cardiovasculaire

La consommation alimentaire de sodium dans le monde était de 3,95 grammes par jour en moyenne en 2010, soit près du double des 2 g/j de sodium, soit l’équivalent de 5 g/j de sel, recommandés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Toutes les régions du monde dépassent l’apport sodé maximal recommandé par l’OMS avec une échelle allant de 2,18 g/j en Afrique sub-saharienne jusqu’à 5,51 g/j en Asie centrale.

C’est le constat fait lors d’une méta-analyse, dirigée par le cardiologue et épidémiologiste Dr Mozaffarian et publiée dans le New England Journal of Medicine, qui établit le niveau de consommation de sel et met en parallèle la mortalité cardiovasculaire dans le monde, dans le cadre de l’expertise NUTRICODE (1,2).

L’équipe de recherche estime que l’apport excessif de sodium par les aliments tuerait chaque année plus de 1,6 million de personnes dans le monde, et incite les gouvernements à organiser des campagnes d’information et de prévention pour réduire l’apport en sel alimentaire et en sodium.

En effet, la plupart des études semble lier la consommation en excès de sodium à l’augmentation de la  pression artérielle, qui est un facteur de risque cardiovasculaire, notamment en ce qui concerne les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

En revanche, l’efficacité d’une diminution de l’apport alimentaire en sodium en dessous du seuil des 2 g/j n’est pas démontrée pour tous les types de populations.

Certains chercheurs appellent à la mesure dans l’interprétation des résultats, rappelant que d’une part, il s’agit d’apports diversement estimés et méritant d’être consolidés, et d’autre part, que le lien entre hypertension et mortalité cardiovasculaire globale n’est pas établi de façon consensuelle (3).

Unilever est engagé mondialement dans une stratégie de réduction de sel dans les aliments, au sein de son Plan pour un Mode de Vie Durable. L’équipe nutrition France vous propose la mise à jour 2014 des données (4) dans une newsletter « Réduction de sel : où en est-on ? » à lire ou télécharger en cliquant ici.

Couv NL sel

Newsletter sur la réduction de sel – Unilever

 

Nous vous orientons vers ce document de l’OMS qui rapporte les progrès de chaque pays pour réduire l’apport en sel alimentaire (5) : à lire en cliquant ici.

  1. Mozaffarian D et al. for the Global Burden of Diseases Nutrition and Chronic Diseases Expert Group (NUTRICODE). Global Sodium Consumption and Death from Cardiovascular Causes. N Engl J Med 2014 ; 371:624-34. Department of Epidemiology and Nutrition, Harvard School of Public Health. Texte complet, en anglais, en cliquant ici.
  2. NUTRICODE : Global Burden of Diseases Nutrition and Chronic Disease Expert Group.
  3. Oparil S. Low Sodium Intake — Cardiovascular Health Benefit or Risk? (Editorial). N Engl J Med 2014; 371:67-679.7
  4. Réduction de sel : où en est-on ? Newsletter dédiée aux professionnels de santé, Mars 2014.
  5. Recensement des initiatives de réduction de la consommation de sel dans la Région européenne de l’OMS. English (PDF, 413.6 KB) OMS 2013, 50 pages. ISBN 978 92 890 0017 8. Cette publication est uniquement disponible en ligne http://issuu.com/whoeurope/docs/mapping-salt-reduction-initiatives-in-the-who-euro/23?e=185028/7078128

 

Pour envoyer cette page à un confrère, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous :
Dernière mise à jour : le 7 juillet 2015.