Profil de l’apport lipidique et bénéfice cardiovasculaire

# # # # # # #

Chaque année, 1 million de vies (14% du taux de mortalité cardiovasculaire total), pourraient potentiellement être épargnées en augmentant l’apport d’acides gras essentiels polyinsaturés et réduisant les acides gras saturés de l’alimentation.

1606 - Global proportional CHD mortality attributable to omega-6 PUFA in 2010.

Première cause de mortalité au niveau mondiale, les maladies cardiovasculaires sont en grande partie déterminées par le mode de vie et notamment l’alimentation des individus.

Le collectif expert NutriCoDE (Global Burden of Diseases Nutrition and Chronic Diseases Expert Group) piloté par l’équipe de Mozaffarian à l’Université d’Harvard et Tufts a modelisé l’impact de la non observance des recommandations d’apports nutritionnels en différents lipides sur l’ampleur des pathologies aux échelles globale, nationale et locale.

En se basant sur les chiffres globaux de l’année 2010, l’analyse permet d’estimer que :

  • 10,3% de la mortalité coronarienne totale (711.800 décès/an) étaient attribuables à une faible consommation d’acides gras poly-insaturés oméga 6 (AGPI oméga6).
  • 3,6% de la mortalité coronarienne totale (250.900 décès/an) étaient imputables à un apport en excès d’acides gras saturés consommés au détriment des oméga 6.
  • 7,7% de la mortalité coronarienne totale (537.300 décès/an) étaient attribuables à une consommation élevée d’acides gras trans.

Dans certains pays (Afrique et Asie du sud-est notamment), les estimations indiquent que le nombre de vies pouvant être sauvées en augmentant l’apport d’oméga 6 était 15 fois supérieur au nombre de vies qui seraient épargnées en réduisant l’apport de graisses saturées. Ainsi,  les recommandations nationales pourraient établir leur message en fonction des disparités régionales : par exemple, dans le cas ci-dessus mettre la priorité sur l’augmentation des oméga 6 plutôt qu’à la réduction des saturés.

Cette étude confirme qu’un apport insuffisant et non-optimal d’acides gras poly-insaturés oméga 6, un apport en excès d’acides gras trans et dans une moindre mesure d’acides gras saturés contribuent de façon importante à la mortalité coronarienne à l’échelle mondiale.

En France, qu’en est-il de la consommation des lipides en regard des recommandations d’apports nutritionnels ?

  • la consommation d’acides gras saturés est excessive
  • la consommation d’acides gras trans respecte les recommandations
  • la consommation d’oméga 6 est suffisante
  • la consommation d’oméga 3 est à augmenter.

L’utilisation d’une margarine végétale bien formulée peut contribuer à l’apport global d’acides gras essentiel omega 3, sans apport d’acides gras trans, tout en limitant l’apport d’acides gras saturés.

Pour en savoir plus sur la consommation de lipides en Europe, cliquez ici

 

Source : Wang Q, Afshin A, Yakoob MY, Singh GM, Rehm CD, Khatibzadeh S, Micha R, Shi P, Mozaffarian D. Global Burden of Diseases Nutrition and Chronic Diseases Expert Group (NutriCoDE). Impact of Nonoptimal Intakes of Saturated, Polyunsaturated, and Trans Fat on Global Burdens of Coronary Heart Disease. J Am Heart Assoc 20:5, 2016.

Lire l’abstract en cliquant ici ou l’article complet en cliquant là

1606 - COUV PUBLI

Pour envoyer cette page à un confrère, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous :
Dernière mise à jour : le 26 avril 2016.