Omega 3 alpha-linolénique : apports 2 fois inférieurs aux recommandations

# # # # #

Les adultes Français consomment en moyenne 38% de leurs calories* sous forme de lipides, ce qui est conforme aux Apports Nutritionnels Conseillés en lipides révisés en 2010 (ANC 2010)1, soit 35-40 % de l’AESA².

Cependant, l’analyse détaillée de l’apport en acides gras essentiel omega 3  rapportée dans la 2e étude individuelle nationale des consommations alimentaires (INCA2)3 montre un grand écart par rapport aux Apports Nutritionnels Conseillés pour la population française1.

L’apport moyen quotidien en AG polyinsaturés Oméga 3 est deux fois inférieur aux ANC :

  • 0,4 % de l’AESA pour l’acide alpha-linolénique (ANC de 1 %),
  • 137 mg pour le DHA4 (ANC de 250 mg)
  • et 102 mg pour l’EPA5 (ANC de 250 mg).

Pour l’acide alpha-linoléique, seulement 1,2% de la population adulte atteint les recommandations, 14,6%  pour le DHA, et 7,8% pour l’EPA, ces trois acides gras essentiels ne pouvant pas être synthétisé par l’organisme.

Les margarines apparaissent comme 5è contributeur d’acide gras alpha-linolénique.

Il est intéressant de noter que l’apport moyen en acide linoléique (acide gras essentiel en Oméga 6) répond bien aux recommandations (8,5 g/j soit 3,9 % de l’AESA pour un ANC de 4% de l’AESA).

Cependant les apports nettement insuffisants en acide alpha-linolénique induisent un rapport Omega 6/ Omega 3 moyen de 9,6 (pour une recommandation <5), malgré cet apport équilibré en acide linoléique.

L’ONIDOL6 a publié l’étude statistique détaillée des apports de tous les types d’acides gras de la population française et de la place des matières grasses végétales dans ces apports, chez l’adulte et chez l’enfant7. Ces apports réels en différents acides gras ont pu être comparés aux apports nutritionnels conseillés (ANC) pour la population française.

Le profil moyen d’apports en acides gras issu de l’analyse des données INCA 2 par l’ONIDOL est le suivant chez l’adulte :

Type de lipides

Apport moyenquotidien INCA 2

ANC 2010

Lipides Lipides totaux 38,0 % AESA 35-40 % AESA
Omega 3 Acide alpha-linolénique 0,4 % AESA 1 % AESA
Omega 3 Acide docosahexaenoïque (DHA) 137 mg /j 250 mg /j
Omega 3 Acide eicosapentaénoïque (EPA) 102 mg /j 250 mg /j
Omega 6 Acide linoléique 3,9 % AESA 4 % AESA
Omega 9 Acide oléique 10,8 % AESA 15-20 % AESA
Saturés Saturés totaux 14,4 % AESA ≤ 12 % AESA
Saturés Saturés spécifiques8 9,5 % AESA ≤ 8 % AESA

 

Dans le même esprit, et utilisant également les enquêtes INCA2,  le rapport d’une expertise conduite par l’ANSES9 a été publié en Septembre 2015.

Les résultats sont encore plus sévères concernant les acides gras essentiels.

Ils indiquent une consommation d’acide linoléique (oméga 6 essentiel) en moyenne proche des 4% AESA conseillés chez les enfants (3,63% AESA), les adolescents (3,59% AESA) et les adultes (3,8% et 4,11% AESA pour les hommes et les femmes respectivement). Mais en explorant les détails, le Comité d’experts spécialisés indique que 73% des enfants et adolescents, 68% des hommes et 58% des femmes sont à risque d’insuffisance d’apport en acide linoléique oméga 6.

Fait confirmé, la consommation d’acide alpha-linolénique est largement insuffisante et inférieure aux apports nutritionnels conseillés : 0,39 % et 0,38% AESA respectivement pour les enfants (0,9% AESA), les adolescents (0,38% AESA), les hommes (0,41 % AESA) et les femmes (0,45% AESA) soit sensiblement moins de la moitié des 1% AESA conseillés.

De fait, en France, le ratio omega 6 / oméga 3 est trop élevé par faute d’apport en oméga 3 et non pas par excès d’apport en oméga 6. 

 

Pour télécharger le rapport Onidol complet, cliquez ici  et pour le rapport ANSES complet, cliquez là.

et téléchargez notre rapport scientifique sur les acides gras essentiels10 co-écrit par l’INSA-Lyon (M. Lagarde, C. Calzada) et Unilever, en cliquant là

Couv essential fats Lagarde

 

— —

  1. [ANSES-2011] Rapport de mai 2011 de l’Anses sur l’actualisation des Apports Nutritionnels Conseillés pour les acides gras.
  2. AESA : Apport énergétique total sans alcool
  3. [INCA2-2006] Etude Individuelle Nationale des Consommations Alimentaires 2 (INCA 2) 2006-2007.
  4. DHA : acide gras docosahexaenoïque, oméga 3 à longue chaîne
  5. EPA : acide gras eicosapentaénoïque, oméga 3 à longue chaîne
  6. L’ONIDOL est l‘interprofession ayant pour mission de promouvoir le développement et l’utilisation des productions d’oléagineux, souhaite participer à l’amélioration de la connaissance des lipides d’origine végétale.
  7. Analyse des apports nutritionnels en acides gras de la population française à partir des données INCA 2. Jessica Tressou-Cosmao, Stéphane Pasteau, Céline Le Guillou, Noémie Simon. Février 2015. A télécharger ici.
  8. AG saturés spécifiques = Acides laurique, myristique et palmitique.
  9. ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation), Septembre 2015. Apports en acides gras de la population vivant en France et comparaison aux apports nutritionnels conseillés définis en 2010. Avis de l’Anses et rapport d’étude à télécharger ici.
  10. Essential fats for future health, Co-écrit par l’INSA-Lyon (M. Lagarde, C. Calzada) et Unilever, 2012. A télécharger ici.

 

Pour envoyer cette page à un confrère, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous :
Dernière mise à jour : le 21 août 2018.