Apport réel en acides gras essentiels : insuffisant en Europe

# # # # # # #

La trop faible consommation d’acides gras essentiels polyinsaturés en oméga 3 et oméga 6 de populations spécifiques dans plusieurs pays d’Europe (dont la France) fait l’objet d’une publication des Annals of Nutrition & Metabolism.

Les auteurs ont analysé 49 études et reviews publiées depuis 2011 pour en ressortir l’apport alimentaire en acides gras essentiels (acide linoléique, alpha-linolénique, EPA, DHA) pour :

  • les femmes enceintes ou allaitantes,
  • les enfants âgés de 6 à 12 mois, de 1 à 3 ans, de 4 à 10 ans et de 10 à 18 ans,
  • les personnes âgées de plus de 65 ans.

Ces apports ont ensuite été comparés aux  recommandations nutritionnelles de l’Efsa, l’autorité européenne de sécurité des aliments.

En voici les résultats :

  • Acide linoléique (omega 6) : l’apport est conforme à la recommandation (4% des calories) pour seulement 52% des pays européens étudiés, avec un risque d’apport insuffisant plus prononcé pour les femmes allaitant, les adolescents et les personnes plus âgées.
  • Acide alpha-linolénique (oméga 3) : l’apport est conforme à la recommandation (0,5% des calories) pour à peine 26% des pays européens inclus dans l’étude.
  • Acides eicosapentaénoïque (EPA) et docosahexaenoïque (DHA) : présents essentiellement dans les poissons gras, leur apport est en dessous des recommandations dans 74% des pays.

En Europe, la consommation d’acides gras essentiels est suboptimale pour une bonne partie des populations particulières étudiées.

Manger davantage de ces « bonnes graisses » que l’on trouve dans les fruits à coques (ex. noix, amandes), les graines (ex. lin, tournesol), les poissons gras (ex. maquereau, sardines, saumon) ou les huiles et margarines végétales (ex. colza) ainsi que toutes les recettes en contenant est un conseil nutritionnel à renforcer en santé publique.

La recherche Unilever a participé à ces travaux au travers de l’implication d’Ans Eilander, (chercheur à Unilever R&D Vlaardingen, Vlaardingen) et grâce à la coordination du Pr. Ronald Mensink (Department of Human Biology, NUTRIM School of Nutrition and Translational Research in Metabolism, Maastricht University Medical Center, Pays-Bas).

 

Pour consulter la teneur en acides gras poly-insaturés des margarines Fruit d’Or et Planta Fin, cliquez ici

 

Référence :

  • Sioen I et al. Systematic review on n-3 and n-6 polyunsaturated fatty acid intake in European countries in light of the current recommendations – focus on specific population groups. Ann Nutr Metab 2017;70:39–50. PDF du texte complet en cliquant ici.

 

 

Pour envoyer cette page à un confrère, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous :
Dernière mise à jour : le 19 avril 2017.