Acides gras saturés et maladies coronariennes

# # # # # #

Un collectif d’experts essentiellement européens a adressé un éditorial aux différentes autorités de santé publique qui tendent à considérer la diminution des apports en acides gras saturés (AGS) comme une mesure importante mais non prioritaire dans la prévention des maladies non-transmissibles.

Publié dans le British Journal of Nutrition (1), cet éditorial insiste sur l’efficacité d’une stratégie de diminution des AGS pour faire baisser le taux de cholestérol-LDL et ainsi réduire le risque cardio-vasculaire.

Cet effet hypocholestérolémiant a été confirmé récemment par Astrup et al (2) et Kromhout et al (3) au cours d’essais chez l’Homme où les acides gras saturés étaient remplacés par des acides gras polyinsaturés (AGPI).
Par ailleurs, les auteurs rappellent que les campagnes publiques de réduction des AGS se sont montrées particulièrement rentables (cost-effective).

Ainsi, le collectif exhorte l’OMS* à prolonger son soutien à de telles mesures dans les politiques de prévention cardio-vasculaire des pays émergeants comme des pays développés.

Cliquez ici pour lire l’éditorial.

Références :
(1) Pedersen JI, James PT, Brouwer IA, Clarke R, Elmadfa I, Katan MB, Kris-Etherton PM, Kromhout D, Margetts BM, Mensink RP, Norum KR, Rayner M and Uusitupa M. The importance of reducing SFA to limit CHD (Guest Editorial). British Journal of Nutrition 2011;106:961-3.
(2) Astrup A, Dyerberg J, Elwood P et al. The role of reducing intakes of saturated fat in the prevention of cardiovascular disease: where does the evidence stand in 2010? Am J Clin Nutr 2011;93:684-8.
(3) Kromhout D, Geleijnse JM, Menotti A, Jacobs DR. The confusion about dietary fatty acids recommendations for CHD prevention. Br J Nutr 2011.

*OMS : Organisation mondiale de la santé ou WHO  (www.who.int/fr/)

Dernière mise à jour : le 1 décembre 2014.